#6 – Pura Vida

@ Hostal Sin Nombre, Playa Hermosa, Costa Rica

7 semaines et quelques se sont écoulées depuis le dernier post… Un mois et demi quoi !!! Le temps trace beaucoup plus vite que les kilomètres que je parcours à vélo à priori… 😉

7 semaines passées au même spot : Hostal La Bocana, playa Popoyo Guasacate au Nicaragua.

C’est fou, avec le temps et bien celui-ci n’a pas la même consistance qu’au début… 😉

Si on prend le temps de prendre le temps et bien il met beaucoup moins longtemps à passer, le temps…enfin vous voyez quoi…

Et me voilà aujourd’hui au Costa Rica, à playa Hermosa, dans le pays de la ‘Pura Vida’ après une petite reprise courte mais sportive du voyage en vélo… 😉

La Pura Vida…

Ici, au Costa Rica, les Ticos (les Costaricain(e)s) l’utilisent à tour de bras et souvent pour ponctuer leurs phrases. A la question simple de ¿Cómo estás ?, la réponse sera ‘Pura Vida’ !!! Un équivalent du ‘Muy bien’.

Bien évidemment, le Pura Vida a une interprétation plus profonde. Il signifie, ici, la simplicité du bien vivre, l’appel à l’humilité, le bien être, la joie, la satisfaction, l’optimisme, le tout associé au fait d’apprécier tout ça dans son sens le plus simple et naturel : l’art du bien vivre !

Je ne sais pas si ces 7 semaines au Nica sont considérées par le commun d’un mortel comme un exemple de ce qu’est la Pura Vida, mais à mon sens, ça en a bien l’odeur et les formes :

  • Des gens rencontrés merveilleux de part leur richesse et beauté intérieure, de part leur énergie, de part ce qu’ils m’ont enseigné sans le savoir, de part leur buena onda et leurs sourires omniprésents.
  • Un spot de surf à 50m où devrais-je dire, des spots de surf tout près… avec notamment une droite bien bien belle sur le cailloux… 😉
  • Un sens du partage des repas.
  • Des hamacs.
  • Un climat pas dégueu.
  • De l’eau chaude, remplie de vie aquatique.
  • Une vie en boardshort et pieds nus.
  • De la rigolade.
  • Des apéros.
  • Des couchés de soleil pas pire…
  • Des fruits à volontés.
  • Un stress quotidien à relativiser…

 

Bref, le temps a filé…

John Burroughs écrit dans « L’Art de Vivre les Choses » : ‘Le ton dur avec lequel nous parlons au monde est celui qu’il emploie avec nous. Qui donne le meilleur reçoit le meilleur’.

Peut-être que toute cette équipe est arrivée ici sans le savoir avec ce message intérieur doux envers ‘Le Monde’. Je dis équipe car bien évidemment, tous les gens rencontrés sont ensembles, l’édifice de cette ‘Pura Vida’ vécue ici.

Big Up à la team ‘En Tu Boca’ !!!!

Pienso Bonito

Pienso Bonito

Ces 7 semaines m’auront aussi permis de voir passer un peu de monde : Caroline, mon frangin et Matias & Flora.

Caroline arrivant depuis Managua, ce sera l’occasion d’aller l’accueillir à Granada, et d’y passer un jour, avant de revenir sur Guasacate.

Granada ville coloniale qui s’est disputé l’emplacement de la capitale avec Léon avant que celle-ci ne soit placée à Managua, petit village de pécheurs situé entre ces deux dernières.

Granada est notamment connue pour avoir été le bastion des ‘Conservadores’ (partisans de William Walker) en opposition aux ‘Liberales’ siégeant à Léon.

 

Le voyage nous change, nous éduque, nous grandit, nous instruit. Bien sûr on s’y attend mais on ne le sait réellement que quand on fait face à des situations qui nous le démontrent.

Les visions de chacun, nos façons de voir les choses et/ou de les appréhender sont dessinées par la vie vécue.

Le passage de Caroline ici a été une de ces situations.

 

S’en est suivi, une semaine après (et oui gros planning de visites pendant ce voyage… 😉 ), l’arrivée du frangin, qui débarque en Amérique Centrale pour un périple de 5-6 mois entre le Nicaragua, le Guatemala, le Mexique et la Colombie. Son premier mois, nous le passerons donc ensemble, ici à Guasacate, bien tranquillement afin qu’il se mette gentiment à l’espagnol et qu’il s’adapte à la vie locale qui change de la Suisse… 😉

A l’heure qu’il est je dois dire qu’il s’en est plutôt bien sorti… Pas de stress apparent… 😉

Brozaaaaa @ Hostal La Bocana, Guasacate

Brozaaaaa @ Hostal La Bocana, Guasacate

Je lui dois aussi une fière chandelle. Non pas de m’avoir sorti de la m*$€%£ après m’être fait volé ma carte bancaire, mais pour sa spécialité cachée d’infirmier… 😉

Merci Bro’ pour le nettoyage et l’enlevage de points !

N.D.L.R : Pour toute commande de couture ou réparation en couture contactez ‘Bigoud & Co S.A.S’.

 

Interlude non pas musicale mais ‘mot’érale…

J’écrivais plus haut, qu’il y avait ici une bien belle vague sur un caillou. Et bien elle l’est. Une droite qui part sur un bon gros caillou. Elle se nomme ‘la droite de la Piedrita’. Un joli barrel se forme donc sur ce caillou au take off puis la vague tend pour finir sur une bonne rampe, que du bon…

Et bien il y a exactement 3 semaines de ça, sur la section qui tend, en réceptionnant une tentative de backflip, je me suis approché trop près de la pierre. On m’avait dit pourtant de ne pas faire de bisous aux cailloux, même ordonné… Du coup réception direct la tête sur le rocher.

Bilan positif au demeurant… Une grosse entaille sur le front nécessitant 9 points en interne et 11 en externe qui en auront fait se moquer plus d’unes et d’uns… mais surtout aucun problème au cerveau (enfin pas plus qu’avant) et une capacité physique intacte… Quasiment comme neuf quoi… 😉

 

Je finissais notamment à cette époque de lire Sylvain Tesson. Il écrivait dans « Dans les Forêts de Sibérie » : ‘Le bruit des vagues a envahi ma tête’.

Peut-être que je l’ai trop pris aux mots… 😉

Il écrit aussi dans ce même roman : ‘La houle chante la joie d’être libre’… La Pura Vida quoi… 😉

La troisième venue a été celle de Matias et Flora, potes Argentins. Nous devions nous retrouver au Costa directement, mais les choses ont évolué et nous nous sommes tous retrouvés ici, au Nicaragua, à boire des matés, des Fernets et à chiller comme à l’ancienne à La Rochelle… 😉

Bon il ne faut pas croire non plus que pendant tout ce temps, seuls les grains de sables étaient l’unique élément qui collait à la peau, la boue aussi…

Une période de mauvaises conditions de surf et hop nous décidâmes (remarquez l’effort linguistique !!!!) d’aller faire un ptit tour sur l’ile d’Ometepe (signifiant ‘deux montagnes’ en Nahuatl), située dans le lac de Cocibolca (aussi appelé lac Nicaragua). Son nom vient du Nahuatl et signifie ‘lieu du grand serpent’. C’est le troisième plus grand lac d’Amérique Latine, après le Titicaca (entre le Pérou et la Bolivie) et le Maracaibo (au Venezuela). Il s’agit d’un des plus grand lac d’eau douce au monde. Celui-ci abrite notamment des requins bouledogues (qui se sont adaptés à l’eau douce) en plus des autres espèces de poissons.

En ce début de saison des pluies, les nuages ont une fâcheuse et quotidienne tendance à s’accrocher aux cimes des deux volcans.

Le volcan le plus au sud est le volcan Maderas. C’est le moins haut des deux (1394m) et surtout on ne nous oblige pas à y monter avec un guide (au tarif ‘gring’esque !!!). De plus celui-ci a une particularité : il possède un petit lac à son sommet, dans son cratère. Il en réside donc trois éco-systèmes imbriqués les uns dans les autres : le lac dans le volcan, le volcan dans le lac de Cocibolca et le lac de Cocibolca dans (ou plutôt sur) le continent américain.

Voilà pour le point culture G.

Sinon la rando était cool… 😉

Petite ascension pluvieuse, boueuse, glissante mais bien marrante du volcan Maderas avec le frangin et Brian, un bon gars de Hollande.

 

 

Et puis il était temps de penser au départ pour la prochaine étape.

Un dernier coucher de soleil accompagné de quelques bières (qui s’avèreront avoir été trop nombreuses le jour suivant…) et bouclage des bagages…

Sunset @ Playa Guasacate

Sunset @ Playa Guasacate

Le jour de mon départ de Guasacate, José, Mexicain, Surfeur, Médecin, mais de ce genre de personne qui ne veut pas entrer dans un ‘moule’… Donc je disais José débarque à 7h du mat, pas couché de la veille, le regard bien luisant, au même titre que sa peau dorée morena, totalement imbibé et plus… Il se malaxe assez souvent les muscles de la mâchoire… S’en suivront de très belles paroles de sa part, celles qui touchent profondément et où la seule réponse est ‘merci, UN GRAND MERCI pour ces mots…’

Il m’a notamment annoncé que nous étions fait, chaque personne, de trois composantes : un physique, un mental et une âme. Seule l’âme ne peut pas tomber malade. A nous d’en prendre soin pour l’avoir la plus pure possible…

Et s’en suivra un départ rapide, laissant sur place le frangin, notamment, qui part quand à lui plus au nord. Un départ rapide car ces moments, les aurevoirs, touchent profondément et coutent en terme d’émotions…

 

Place aux premiers tours de roues maintenant !!!!

4 jours pour rejoindre playa Hermosa au sud de la ville de Jaco. Playa Hermosa est une plage que j’avais déjà connue 4 ans auparavant avec du très bon surf. De ces vagues qui plient les boards de body !!! Le but est d’y trouver un ptit job dans un hostal afin de limiter au maximum les dépenses… Et oui le Costa ce n’est pas donné… 😉

La reprise du vélo est un vrai bonheur. Après deux semaines et demi de non activité sportive, je commençais sérieusement à m’impatienter.

Les reflex et les sensations du voyage à vélo reviennent rapidement… 😉

Cette reprise sera notamment marquée par trois facteurs principaux (cf. ‘Sinon en vrac…’ un peu plus bas).

Même si ça ne fait pas longtemps que je l’ai quitté, cela me procure toujours autant d’émotions que de le revoir : l’océan (vulgairement appelé par nous, les Ventrachoux, la mer… 😉 ). Cette fois-ci c’était 15km avant d’arriver chez mon WarmShower à Puntarenas, le troisième jour. La route sillonnait de vallées en vallées, de montées en descentes, et en haut d’un plateau verdoyant, BIIIIIM J Se dessinait très bien le sud de la peninsula de Nicoya, ses montagnes et l’océan qui l’encerclait…

Sunset @ La Cruz, Costa Rica

Sunset @ La Cruz, Costa Rica

Et puis me voilà débarqué à Playa Hermosa, en passant au préalable par Jaco. Changement total depuis le Nica. Je passe d’un ptit village, voir tout petit, où chaque jour le pick-up, remplit de fruits et légumes, passe en scandant dans un microphone la richesse de l’arrière de leur camionnette à un ptit village sur un bord de route, remplis de touristes à gros 4×4, où les seuls logement ne sont pas en dessous de 20 USD la nuit et où le moindre endroit pour trouver à manger te considère monétairement comme un ‘américains’ (rapport à l’expression…). Mais la vague est bonne ici et on arrive toujours à trouver des bons plans… 😉

Donc voilà. Sous validation de mon docteur à distance (merci madame François !!!) je peux même retourner surfer après 3 semaines off.

Le mois s’annonce donc à base de surf et de surf en attendant l’arrivée en août d’Elsa (copine des Alpes) et Matias (précédemment cité plus haut) pour un mois de tourisme au Costa Rica. S’en suivra en septembre la reprise du vélo pour aller jusqu’au Panama et essayer d’y trouver un voilier qui pourrait m’embarquer (la Nena, ma remorque & moi) pour traverser jusqu’en Colombie, car il est impossible de traverser par des voies terrestres puisqu’aucune route ne traverse le Darién… Affaire à suivre donc.

Point matos :

R.A.S que ce soit du point de vue de la Nena ou de ma remorque Aevon STD 100.

Cependant un peu de customisation. Ma Aevon STD 100 gagne en matériaux durables et la Nena se fait encore plus belle qu’elle ne l’était…

Pulcerita para la Nena

Pulcerita para la Nena

El Remolque con Bamboo

El Remolque con Bamboo

 

Sinon en vrac…

  • Les pompiers ici (au Costa Rica) n’hébergent plus les cyclistes et ce depuis une année à priori… ;( La Croix Rouge quand à elle n’hésite pas à nous accueillir. D’ailleurs un grand merci à la Croix Rouge de Cañas, où l’accueil y a été génial !!!! Ils m’ont même offert matelas et ventilo pour passer une pure nuit ! Joya !!!
  • Une douleur sur le genou gauche qui apparaît dès la fin du premier jour et qui me suivra pendant les 4 jours. La raison est peut-être une première journée de reprise un léger trop importante…
  • Pas mal de cyclistes au Costa Rica, de ceux qui emmènent du braquet avec une petite tenue moulante (doucement les filles, on se calme là !!!!) et des vélos à 10.000 boules plus carbon que carbon… Et bien ils ne savent pas dire bonjour bordel !!! Du coup je me suis bien amusé à appuyer fort sur le ‘Buenos Días’ avec un sourire nargueur lorsque ceux-ci me dépassaient… Effet plutôt positif de cette technique de samouraï vieille de plus de 250 ans !!!
  • Je suis passé sur un pont et en dessous et bien c’était blindé de crocodiles !!!! 😉
El Puente de los Cocodrilos @ On Da RoAd

El Puente de los Cocodrilos @ On Da RoAd

  • Le drapeau de la Vendée flotte de nouveau à l’arrière du convoi Nena et Aevon STD 100. Merci aux parents !!!
Ventracreeeeeeew @ On Da RoAd

Ventracreeeeeeew @ On Da RoAd

  • Je commence à m’ ‘hippiser’ !!!! J’ai appris à faire du macramé. D’ailleurs c’était l’apprentissage du mois de juin !!! Objectif apprendre au moins une chose nouvelle par mois !!! Merci Mama Africa pour cette leçon ! Un bracelet offert à quiconque vient me rendre visite. A bon entendeur !!! 😉
Pulceritas

Pulceritas

  • Plein de cadeaux encore reçus à l’arrivée de Caro et du frangin ;). Merci à Cissou, à Caro, à Shiraz, à Ugo & au frangin
  • J’ai un nouveau maté super joli !!!! 😉 Merci à la team Argentine Flora & Mati !!! 😉
Mate 'Tranber Por La Pacha'

Mate ‘Tranber Por La Pacha’

 

Et n’oubliez pas… Pura Vida dans vos cœurs et dans vos âmes y SIEMPRE PARA ADELANTE !!!

Pura Vida

Pura Vida

Pura Vida

Pura Vida

Publicités

3 réflexions sur “#6 – Pura Vida

  1. Tranbert t’étais déjà mystique avant et je sens que ce trip t’enrichit encore plus intérieurement.alors Banco pour la pura vida. Sinon j’ai déjà hâte de te revoir à Bayonne que tu me racontes tout ça de vive voix. pour le back sur le bloc oublies, mets toi au spin air moins risqué 😁. Ça a l’air d’être au top et même plus alors profites encore pour moi.gros muxu Adio. Marco

    Aimé par 1 personne

  2. Jajajajaja. Je vais essayer de suivre les conseils de ce vieux loup de Marco alors!!!! Amour dans les coeurs & Pura Vida!!! 😉 Big Up à toi et ta petite famille!!! On se check dans une paire d’années avec plaiz dans les rues Bayonnaises!!! 😉

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s